@rodforget

Artiste visuel et blogger sur les thèmes de l'eau, l'égo et l'amour.

Archive pour égo

DOSSIER N°12 « L’eau et l’amour »


http://www.youscribe.com/catalogue/tous/autres/dossier-n-12-l-eau-et-l-amour-2598265
et l’annexe du dossier http://www.youscribe.com/catalogue/tous/autres/annexe-du-dossier-n-12-l-eau-et-l-amour-2598266

Auteur: Rodolphe Forget

La sagesse est la connaissance du soi (et donc du mécanisme de l’égo). Cette recherche disciplinée et rigoureuse qui incombe à tout être humain est un préalable obligatoire pour vivre l’amour. Comment cela se traduit-il concrètement ? Par la vision du soi, la conscience se vide alors de sa totalité (pensées, images, peurs, représentations) et laisse place à la vacuité c’est-à-dire à la liberté à être (amour). Si la conscience demande à se vider c’est qu’elle s’est remplie tout comme nous pourrions le dire d’une carafe et de la matière liquide composée à 99% d’eau. Rares pourtant sont les personnes ayant encore fait le lien entre l’eau (99% d’un corps humain) et l’amour. C’est ce que nous vous proposons dans ce dossier N°12. Aussi merveilleux soit-il, là où l’eau remplit (arbre, animal, ruisseau, humain), l’amour s’exprime. Orienter son attention vers ce qui relie (eau) autant que ce qui différencie (informations du vivant) nous donne accès, de fait, à la matrice et la vision de la non-dualité, c’est-à-dire l’absence de conflit intérieur qui mène à la fin durable du conflit extérieur (guerre). Cela demande à voir les choses avec simplicité afin de passer du rêve à l’émerveillement de la réalité de notre quotidien pour que la beauté nous apparaisse telle qu’elle est c’est-à-dire omniprésente. Et qu’est-ce que la beauté sinon l’absence du soi.

Quelques extraits ici : https://eaudossier.wordpress.com/2015/07/28/dossier-n12-leau-et-lamour-2/

Publicités

DOSSIER N°11 « L’eau et les femmes »

http://www.amazon.fr/dp/B00ZAF749U

Auteur: Rodolphe Forget

Le mot « eau » vient du vieux français « ewe » qui veut dire « Ève » première femme et mère de l’humanité dans la culture judéo-chrétienne. Le lien entre l’eau et la femme apparait donc déjà à travers ce mot, mais pas seulement, phonétiquement « eau » est similaire à la lettre O qui graphiquement ressemble à un orifice ou à une sphère. C’est-à-dire ce qui est propice à la pénétration, l’évacuation et la protection nécessaires à tout phénomène biologique. À l’instar de la reproduction humaine qui mobilise le corps de la femme pendant l’accouplement et ensuite la période de gestation jusqu’à l’accouchement. C’est l’eau qui ouvre la femme à la pénétration du phallus de l’homme, et c’est encore l’eau qui permet le processus de fabrication du nourrisson. La femme entretient donc un lien puissant avec cet Élément qu’il est fondamental d’étudier. Notamment parce que nous avons tous pénétré la femme, du fait que nous, les humains, sommes tous nés de l’une d’entre elles.
Dans ce dossier N°11 « L’eau et les femmes », nous nous intéressons à certaines particularités du corps de la femme qui la différencie de l’homme (lié à l’air) et lui donne ainsi une identité fonctionnelle semblable à l’eau. Puis, nous nous proposons de réfléchir en quoi cette proximité influence la femme psychologiquement voire spirituellement.

Quelques extraits ici : https://eaudossier.wordpress.com/2015/06/12/dossier-n11-leau-et-les-femmes/

DOSSIER N°10 « L’eau et les fantasmes »

http://www.amazon.fr/dp/B00W1X95BO

Auteurs: Marc Henry et Rodolphe Forget

Il y a différentes façons de comprendre le mot « fantasme », cependant nous pouvons nous accorder sur son origine étymologique qui dérive du mot grec φαντασμα (phantasma) désignant au départ « illusion » ou « apparition ». De nos jours, le mot fantasme possède une connotation nettement sexuelle, suite aux travaux du psychanalyste allemand Sigmund Freud qui utilisa le mot allemand Phantasie qui désigne une production imaginaire qui représente un sujet dans un scénario déterminé, à la manière d’un rêve, et figure, d’une manière plus ou moins voilée, un désir. Comme le mental a une difficulté à se représenter le fonctionnement complexe du vivant à laquelle l’eau participe pleinement, il produit du fantasme avec cette dernière. Dans la première partie du dossier, Marc Henry démystifie quelques exemples très célèbres de fantasmes sur l’eau, prétendument  scientifiques. Puis dans la deuxième partie du dossier N°10, Rodolphe Forget s’applique à comprendre pourquoi ces fantasmes ont-ils un écho si favorable dans le public, en démontrant le paradoxe de la science qui produit elle-même les fantasmes qu’elle dénonce depuis la désacralisation par Lavoisier au 18e siècle, de l’Élément Eau en banale substance du quotidien.

Quelques extraits ici : https://eaudossier.wordpress.com/2015/04/14/dossier-n10-leau-et-les-fantasmes/

DOSSIER N°9 « L’eau et le cinéma »

http://www.amazon.fr/dp/B00UIMXX8G
Auteur: Rodolphe Forget

Qu’est-ce qui explique l’absence de l’eau liquide au cinéma en tant que sujet principal d’un film en salle? Voilà une question bien particulière que je n’ai cessé de me poser depuis 2010 après avoir réalisé « The Experience: Being Water ». À première vue, je vous accorde que cette question semble manquer de pertinence pour étudier l’eau à condition de bien vouloir ne pas cantonner celle-ci à la science et ses analyses mortifères, et à appréhender l’eau dans une perspective plus vaste telle qu’elle est dans la réalité. Que savons-nous de l’eau? Que savons-nous du cinéma? Peu de choses en vérité. Pourtant nous utilisons l’eau liquide quotidiennement (dossier N°4) et nous voyons des films, des vidéos, des émissions tous les jours. De fait, la question de départ devient alors plus pertinente à mesure que l’on accepte de prendre conscience de notre ignorance abyssale sur des sujets qui nous semblaient pourtant connus. Dans ce dossier N°9, je vous propose, à défaut d’un livre, une brève synthèse de cinq années de réflexion sur la place du cinéma et de l’eau liquide dans la sphère intime de notre psyché. Cela nous donnera à voir que derrière l’absence de l’eau liquide au cinéma se cache en réalité notre problématique existentielle dans notre quotidien à considérer avec importance le sacré et donc le divin inhérent à la vie.

 

Quelques extraits ici : https://eaudossier.wordpress.com/2015/03/11/dossier-n09-leau-et-le-cinema/

Quelle est la nature de la relation entre l’eau et le son ?

Le magazine Santé Naturelle m’a demandé cette fois-ci de me pencher sur la relation entre l’eau et le son, suite au dossier N°7 « L’eau et le son » co-écrit avec Marc Henry: http://www.eau-dossier.com/dossier-n07-leau-et-le-son/ . Pour répondre, j’ai écrit un court texte à leur demande. En cliquant sur le lien suivant, vous aurez accès aux deux pages du magazine tel qu’il a été présenté aux lecteurs: https://db.tt/sDBke0QL
200907_water_sound5
Santé Naturelle: Rodolphe Forget, vous publiez une série de dossiers sur l’eau, dont un sur « L’eau et le son ». Quelle est la nature de cette relation à votre avis ?
Rodolphe Forget: Ma compréhension de l’eau ne provient généralement pas de l’observation de l’eau liquide mais de l’eau qui m’est la plus familière qui est celle du corps humain composé à 99% d’eau en nombre de molécule. Je vous propose donc pour comprendre le lien entre l’eau et le son, une simple observation de votre corps. Quel est l’organe de l’ouïe Les oreilles. À quoi ressemble la forme de l’oreille ? À un vortex, mouvement tourbillonnaire que l’on observe dans l’eau liquide mais aussi dans l’Univers. Le son est lié au mouvement c’est- à-dire à l’élément air ou l’éther. Ce qui fait sens puisque le son prend son origine dans l’Univers. Il est donc logique de faire la correspondance avec ce qui caractérise l’oreille qui est le seul organe sensoriel fonctionnant 24h/24 et qui est le siège de l’équilibre permettant la posture verticale. Celle-ci nous permettant d’être au plus près du cosmos. Quel va être le rôle essentiel du son dans les processus biologiques ?
Il va permettre la division cellulaire. Pourquoi ? Car comme il est dit plus haut, le son est lié au mouvement qui entraine une direction et ainsi une séparation qui va organiser la masse biologique en une forme harmonieuse (on retrouve la notion d’équilibre). Le son est antagoniste à l’eau qui elle, a une tendance naturelle à confluer comme nous pouvons le voir avec les rivières, les fleuves et les océans. Enfin, si le son sépare, n’y aurait-il pas un lien entre le son et l’égo, outil de différenciation psychologique ? Effectivement, l’égo est une conséquence du son qui compose notre corps puisque à l’âge de deux ans environ, le bébé commence à parler. La conséquence est fondamentale puisque cela va lui permettre de s’individualiser et donc de développer son intellect pour savoir écrire et lire un article comme celui que vous venez de lire.

DOSSIER N°7 « L’eau et le son »

http://www.amazon.fr/dp/B00OXAOR3O
Auteurs: Marc Henry et Rodolphe Forget

L’eau et le son sont complémentaires. L’eau est lourde et le son est léger. L’eau conflue alors que le son divise. L’eau est terrienne alors que le son est aérien. Cependant, ils ont en commun d’onduler car ils sont un mouvement permanent à l’instar de la lumière. Il n’est donc pas étonnant que l’eau et le son se retrouvent à la base de tous les processus biologiques de la vie. Leur association contribue d’ailleurs à donner la forme à tous les êtres vivants. Il est alors logique que la musique puisse améliorer les rendements en agriculture et en santé humaine comme de nombreuses expériences l’ont démontré. Cette influence de la musique, nous le vérifions tous les jours puisque certaines nous agacent et d’autres nous font pleurer jusqu’à nous faire vibrer justement. Dans ce dossier N°7, nous étudions le mécanisme de la perception du son, l’origine du son, les différentes expériences très surprenantes entre l’eau et le son, et enfin nous réfléchissons sur l’influence du son dans notre corps et notre comportement au quotidien.

Quelques extraits ici : https://eaudossier.wordpress.com/2014/10/26/dossier-n07-leau-et-le-son/

Interview de Rodolphe Forget dans le magazine « Santé Naturelle » N°40

Santé naturelle une
Interview de Rodolphe Forget, créateur du site nature-film.com :
L’eau, l’ego et l’amour
On savait les vertus infinies de l’eau. Rodolphe Forget est un homme passionné par l’eau, pour le moins qu’on puisse dire. Découverte d’un artiste de talent qui a su attirer l’attention de milliers de personnes qui suivent sa chaîne YouTube nature-film.com: Une nouvelle fenêtre sur Gaïa et tous les bienfaits qu’elle nous réserve, pourvu qu’on se rapproche d’elle. Une mise en scène exceptionnelle de l’eau sous toutes ses formes, et une interrogation sur l’amour et l’égo. Découverte. 
Sondes Khlifa- Rodolphe Forget vous écrivez « je suis un être humain qui utilise des outils de communications comme la vidéo ou la photo pour transmettre le message de l’inconscient collectif qui est notre dénominateur commun à tous ». Qui vous êtes exactement?! 
Rodolphe Forget: Dans le langage erroné du quotidien, je dirai que je suis un vidéaste, un danseur, un iphonographe et d’une manière globale un communicant, mon obsession est de transmettre de l’information, du réel sous forme pédagogique ou récréative. Au vu des sujets que je traite dans mes vidéos que sont l’eau, l’égo et l’amour, je suis devenu malgré moi, un réalisateur de l’invisibilité du réel. Toutefois, si vous me permettez une rigueur de langage, je dirai que je ne suis rien de tout ça donc je ne sais pas ce que je suis exactement et je ne le saurais jamais en réalité. Et c’est super car alors tout est possible. L’accepter est déjà une liberté en soi. Un être quel qu’il soit est infiniment vaste. Sans limite. Ce qui fait de lui un affamé de liberté et donc d’Amour. Voilà pourquoi la seule réponse valable à cette question « Qui êtes-vous exactement? » pour le moment me semble t’il, est celle que je mets sur mon site «Un être humain qui utilise des outils de communications comme la vidéo ou la photo pour transmettre le message de l’inconscient collectif qui est notre dénominateur commun à tous ». Je ne suis pas les activités que je fais. Je ne suis qu’un canal comme les autres (environs 7 milliards au dernier comptage que je connais), qui accepte volontiers de s’ouvrir pour transmettre ce qui m’ait donné de transmettre. Car je ne choisis pas ce que je transmets.
Je ne suis ni thérapeute, ni inventeur de méthode machin de développement personnel… . Je suis un être humain. Il n’y a donc aucune supériorité ou infériorité entre nous, je ne suis pas un nouveau maître et/ou gourou d’une nouvelle secte, ou un savant génie d’une méthode révolutionnaire de développement personnel. Je n’ai pas d’autorité sur le lecteur ou l’internaute et je n’en aurai jamais. Il est à la fois l’élève et le maitre. 
SK-Qu’est ce que l’eau? Il semble que nos connaissances sur l’eau soient encore très en dessous de son potentiel réel…Que pouvez-vous nous dire sur l’eau?!
RF:Tout d’abord, de quelle eau parlez-vous? La liquide, la gazeuse (vapeur d’eau), la solide (glaçon),ou la morphogénique (végétaux, animaux, humains)? Avec le temps, j’ai découvert que nous faisions une confusion informelle entre l’eau en général et l’eau liquide dans notre inconscient. En terme de pédagogie c’est une catastrophe pour expliquer au public, le lien entre notre corps et l’eau liquide qui malgré leur proximité biologique sont deux eaux qui ne fonctionnent pas de la même manière. Voilà pourquoi avec la complicité du Pr Marc Henry, chimiste à l’Université de Strasbourg, nous avons trouvé un terme qui puisse clarifier et donc différencier l’eau liquide et l’eau de notre corps que nous avons nommé « eau morphogénique ».
 L’eau est un élément fascinant mais que notre société industrielle à désacraliser petit à petit. La désacralisation d’une chose venant d’une baisse d’effort humain pour l’obtenir. Cela a donc commencé fin du 19e siècle début du 20e, quand les Scientifiques de cette époque lui ont attribué successivement une formule chimique de 3 lettres. La formule H2O a la qualité d’être simple. 
Et comme elle est simple, elle n’a rien d’exceptionnel. C’est le compliqué qui captive le mental, l’intellect, si bien que « L’eau… on connait ! » pense-t-on puisque on peut la résumer en 3 lettres. Magnifique subterfuge du mental pour asseoir le règne du Savoir. Si bien qu’aujourd’hui, essayez de faire une conférence sur l’eau sans un scientifique ou assimilé relèvera de l’étonnement du public. L’eau n’est pourtant pas la Science, l’eau c’est la Vie. Elle est donc l’affaire de tous et normalement nous pourrions tous pouvoir en parler puisque nous sommes de l’eau. C’est aussi tout le travail que je fais afin de reconnecter les gens avec cet élément par une meilleure communication plus rigoureuse et en relativisant la prépondérance de la Science, tout en la mettant en avant parce qu’elle a mis à jour des découvertes fantastiques à propos de l’eau. 
La Science va s’aventurer à nous expliquer comment fonctionne l’eau mais pas ce qu’elle est. Pour voir ce qu’elle est et non le « savoir », on doit lâcher toutes ses connaissances sur son sujet et l’observer des heures, l’écouter, la respirer tel un être qu’elle est et qui explique pourquoi l’eau c’est la Vie.
 Pour répondre à votre question de ce qu’est l’eau, pas besoin de connaissance scientifique, allez voir l’eau liquide au bord d’une rivière, d’une mer, là où elle est la plus libre, et si vous acceptez de la voir comme un être alors vous saurez ce qu’elle est. Logique !?
SK- Vous dites que votre recherche et vos vidéos s’intéressent au trio: l’eau, l’égo et l’amour. Il semblerait que ce soit les clés de l’équation universelle? Le sens de la vie? 
RF:Je ne sais pas si c’est l’équation universelle mais ce trio est un magnifique résumé de ce qu’est un être humain et de sa destinée. Je m’explique : C’est 3 mots me sont venus au fur et à mesure de mon travail sur la série « Seconds of Eternity ». Les 3 termes sont chacun des sources. L’eau, source des sources puisque elle la médiatrice de la Quintessence. Il n’y a pas d’incarnation vivante possible sans elle.L’égo, source de la souffrance humaine (quand nous lui obéissons par la volonté) et source de créativité par son efficacité à différencier. Et l’Amour enfin, Source de la liberté, du bonheur, du don, de la félicité. L’être humain est composé de ces 3 forces. Et sa destinée est de composer avec elles en équilibre. L’eau et l’amour sont équivalentes chez chaque être humain car ce sont deux sources illimitées. La différence vient de l’égo de chacun qui a la fonction de créer un déséquilibre. Le but de notre existence étant alors de retrouver cet équilibre.
La vie s’amuse avec nous. Il faut alors voir ce qu’est l’égo pour accéder après à l’équilibre. Comme dans tous jeux, il faut lire la règle du jeu. Après lecture, c’est plus facile de jouer. Car on peut jouer juste. C’est l’idée de mon projet « Mode d’emploi de l’égo »!
SK- Je suis personnellement devenue « addicted » à vos vidéos. Vous avez un talent infini pour mettre en scène la nature, tout simplement. A travers les séquences « Being water » par exemple, le spectateur évacue tout son stress et toute sa fatigue mentale et physique rien qu’en observant en continu le mouvement de l’eau…comment expliquez-vous cela? 
RF:Vous prenez le bon exemple du film que je n’assume pas en tant que réalisateur (rire). L’égo du réalisateur en est encore agacé. Par contre, l’homme que je suis, assume merveilleusement, est rempli de joie, et encore plus quand il voit que d’autres ont compris la profondeur de la démarche. Si bien que je peux mourir (rire), j’ai fait le film que je devais faire. En quoi le réalisateur n’assume pas ce film? Car ce film est déroutant puisqu’il m’a fallu faire l’inverse de ce qui se fait normalement dans le métier. Un film c’est un mensonge. On corrige, on dissimule les erreurs. On sublime pour plaire au public. Un peu comme une femme avec son maquillage. Et là l’intuition me disait : « Rien. Ne cache rien. Montre tel que tu es et non à quoi ressemble ton talent c’est-à-dire ton égo ». Alors je n’ai rien caché. Je n’ai pas triché. J’ai accepté avec difficulté de montrer la plupart de mes erreurs de tournages, de sons, de lumières. Montrer comment j’étais un mauvais technicien. Après coup, je m’aperçois comme ce film est beau car c’est un film humain. Honnête (eau-nette). J’ai compris que je devais montrer l’homme dans sa nudité la plus profonde.
SK- Le mot de la fin?
RF:C’est par l’eau qu’on nait physiquement, c’est donc par l’eau que l’on re-nait spirituellement. Vous pouvez ne pas me prendre au sérieux quand je dis cela mais c’est un fait, nous sommes de l’eau à 99%, il faudra un jour ou l’autre s’interroger profondément sur notre relation à l’eau, et donc à nous-mêmes intrinsèquement. Gardez à l’esprit tout de même que l’eau n’a pas d’ennemi. Si l’eau « tue » un de vos proches vous continuerez à utiliser l’eau si vous voulez vivre. Elle est donc porteuse de ce dont à quoi nous aspirons à être: La non-dualité. L’eau est un être spirituel qui a pour fonction de servir le vivant dans toutes ses demandes. Elle est notre génie comme dans le conte Aladin en quelque sorte. Demandez à voir et vous serez exaucé (rire), mais à une condition bien sûr, que la demande ne soit pas du domaine de l’« avoir » mais quelque chose de l’ordre de l’« être ». Je souhaite aux lecteurs de belles observations de nos cousines « eau liquide », « eau gazeuse », « eau solide » et de nos sœurs « eau morphogénique » sur nature-film.com.
maquette interview rodolphe